Inauguration des TERRASSES ROSE VALLAND

    Discours Jacqueline Barthalay

    Madame la Ministre, Rachida Dati
    Madame la Présidente –Directrice du Musée du Louvre, Laurence des Cars
    Monsieur l'administrateur du musée du Louvre, Kim Pham
    Monsieur l'administrateur du musée du Louvre, Francis Steinbock
    Mesdames et Messieurs,

    Je vous prie, tout d'abord, de bien vouloir excuser l'absence de Madame Christine Vernay, famille de Rose Valland.

    Lorsque Adolf Hitler décidait de réaliser le « plus grand musée du monde » à Linz, il ignorait que les rouages de sa machine infernale seraient grippés un jour par un grain de sable nommé Rose Valland.

    Quand Hermann Goering assouvissait sa passion artistique en venant plus de vingt fois au musée du Jeu de Paume choisir parmi les œuvres d’arts spoliées principalement aux familles juives, il ne se doutait pas qu'il ne pourrait pas en jouir très longtemps, en raison de l’action opiniâtre d’un personnage discret mais éminemment courageux : Rose Valland.

    C’est pour écrire l’histoire de cette héroïne restée dans l’ombre des souvenirs, que l’Association « La Mémoire de Rose Valland » a été créée dans son village natal de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs en août 1997.

    En 27 ans que d’activité pour faire connaître les diverses étapes de la vie étonnante de cette femme héroïque. Une vie entière consacrée à l’art et à la protection du patrimoine culturel de la nation française. L’objectif de l’Association était d’honorer la mémoire de Rose Valland et de la sortir de l’ombre, à commencer dans sa propre commune de naissance.

    Je souhaite aujourd’hui rendre hommage aux personnes qui les premières ont joué un rôle de premier plan dans la réalisation de ce projet : Nanou Depraz, Maurice Galliard, Camille Garapont. Je dédie cette inauguration parisienne à leur mémoire.

    Je souhaite également rappeler les grandes étapes de la vie de l'Association.

    Une grande exposition a été réalisée à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs en 1999. Elle restera l’exposition de mon cœur. Maurice Galliard était le commissaire. Cette première exposition nous aura permis de très nombreux échanges, contacts et des soutiens indéfectibles. Je tiens à rappeler la mémoire de l'historien Frédéric Destremeau.

    Elle nous a permis de faire des nouvelles connaissances. Madame Emmanuelle Polack, est à nos côtés depuis l’an 2000. Elle sera en 2009 commissaire de l’exposition consacrée à Rose Valland au Centre d’histoire de la Résistance et de la Déportation à Lyon.

    Puis ce fut une nouvelle belle exposition, en Isère, en 2019, au musée Dauphinois de Grenoble sous le commissariat d’Olivier Cogne, qui à son tour allait être sous le charme de Rose Valland.

    Notre action a toujours été guidée par la volonté de rendre plus visible l'action de Rose Valland : c'est ainsi que nous avons été amenés à poser des plaques commémoratives, à participer à nommer des voies publiques, à intervenir dans les collèges et les lycées, et jusqu'à la participation de la nomination d'une rose et la création d’un timbre national.

    Notre aventure n'a pas connu d'éclipse pendant la pandémie puisque le président du département de l’Isère, Monsieur Jean-Pierre Barbier, nous a proposé que les archives de l’association, comme celle de la famille soient conservées de façon pérenne au futur musée de la Résistance et de la Déportation à Grenoble. Je tiens à remercier Alice Buffet et Antoine Musy pour leur accueil. C'est un juste retour des choses puisque si Rose Valland a pu suivre des études à Lyon et à Paris, c’est grâce à des bourses allouées par le Conseil général de l’époque.

    Nous vivons des temps difficiles où il ne se passe pas un jour dans le monde sans que nous entendions parler de guerre, de pillage et de spoliation mais aussi de fraternité et d’amitié entre les peuples…

    Rose Valland incarnait à elle seule tout cela.

    Elle qui a eu le courage durant quatre années de survivre au milieu des nazis, dans le musée du Jeu de Paume des Tuileries, afin d’espionner ceux-ci au péril de sa vie. Elle a par son héroïsme permis à la France de sauver une partie de son patrimoine artistique. Elle a enfin permis le retour des œuvres et leur restitution aux familles spoliées. Cette femme était une européenne avant l'heure.

    En quittant cette inauguration, je formule le vœu que vous emportiez en vous cette leçon d’altruisme et de respect du patrimoine légué par les peuples à leurs descendants. Leçon qui nous a été donné par Rose Valland qui repose depuis 1980, dans le cimetière de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs.

    Nous sommes infiniment honorés d'être aujourd'hui avec vous pour la nomination des Terrasses Rose Valland. Ce geste du musée du Louvre nous touche profondément.

    Recevez Madame la ministre de la Culture, Rachida Dati, Madame la PrésidenteDirectrice Laurence des Cars mes plus sincères remerciements.

    Je souhaite également associer à ces remerciements ; Monsieur Yannick Neuder, député de circonscription, le Président du département de l’Isère représenté ce jour par Monsieur Aymeric Perroy, directeur à la culture au département, et la municipalité de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs. Monsieur David Zivie et les membres de la mission de recherche et de restitution des biens culturels spoliés entre 1933 et 1945 et Madame Emmanuelle Polack, chargée de mission au musée du Louvre,

    J'exprime toute mon affection à Bénédicte et à ma famille.

    Je vous remercie de votre attention

    L'association

    La Mémoire de Rose Valland
    Place Rose Valland
    38590 St Étienne de St Geoirs
    N°SIREN 805269503

    "Rose Valland" est une marque déposée à l'INPI sous le n° 11 3 798 777 pour les classes de produits ou services n° 11, 16, 30, 35 et 41.
    La gestion de l’histoire de Rose Valland se fait en concertation avec la légataire Camille Garapont, dépositaire du droit à l'image (photos de famille)