La résistance en Ile-de-France

Valland Rose (1898-1980)


Texte original de Frédéric Destremau.

Rose Valland est née le 1er novembre 1898 À Saint Etienne de Saint Geolrs (lsère) dans un milieu modeste. Elle eut une formation complète, quoiqu’assez atypique, an trois périodes successives de sept ans : d’abord les Beaux Arts à Lyon puis à Paris (1918-1925), ensuite un cursus académique complet à l’Ecole du Louvre et à l’institut d’Art et d’Archéologie de l’UnIversité de Paris (1924-1932) enfin une formation concrète comme assistante, bénévole puis rémunérée, au Musée des Ecoles Etrangères contemporaines, situé au Jeu de Paume sur la terrasse des Tuileries (1932-1940). Cette formation à la fois théorique et pratique lui donnera une grande capacité d’adaptation dans les situations qu’elle aura à gérer. En septembre 1938, puis en août 1939, elle prenait une part active à la mise en condition de guerre du Jeu de Paume, un tiers des collections est envoyé à Chambord, les deux tiers restants sont entreposés dans les sous-sols.
Au moment de l’entrée des Allemands dans Paris, Rose Valland se trouve seule au Jeu de Paume et, dès le début du mois d’octobre 1940, le bâtiment est réquisitionné par les nazis pour y installer l’Einzastab Reichleiter Rosenberg (ERR), le très secret service chargé de la spoliation des collections juives. Rose Valland, servie en partie par son physique passe-partout et inoffensif, joue l’imbécile et reste sur place : “Mon Intention était arrêtée, je m ‘efforcerais de rester [...]. Je ne comprenais pas encore très nettement les raisons qui me poussaient à cette décision, ni de quelle manière je pourrais être utile et justifier ma présence [...j. Seule était précise ma détermination de ne pas quitter la place”, Rose Valland va ainsi se maintenir pendant les quatre années de l’occupation notant soigneusement tout ce qu’elle voyait, empruntant des documents le soir qu’elle faisait photographier la nuit et remettait le matin sans que personne ne s en rende compte, récupérant et analysant les carbones laissés dans les corbeilles du secrétariat, etc. Elle faisait un rapport écrit hebdomadaire de ses observations au directeur des musées nationaux, Jacques Jaujard. Son allure de “grande fille toute simple”, sa docilité lui permettent de circuler et d’obtenir notamment, grâce au service photographique de l’ERR sur place, les photographies de tous les membres de l’ERR. Le plus souvent Installée modestement dans le petit bureau où était le téléphone, et parlant l’allemand elle suivait les conversations, etc. Elle put ainsi établir la nomenclature des codes secrets sous lesquels les collections juives étaient répertoriées, ainsi que la liste des entrepôts en Allemagne, etc Mise à la porte plusieurs fois car sa présence gênait, elle revenait le lendemain avec un aplomb extraordinaire et reprenait sa place comme sl elle n’avait pas compris. C’est elle qui donna toutes les indications nécessaires pour stopper, au milieu du mois d’août 1944, en gare d’Aulnay sous Bois, le dernier train d’oeuvres d’art spoliées par I’ERR.
Son travail fut extrêmement utile car sans elle personne n’aurait su avec précision ce que les Allemands faisaient au Jeu de Paume, ni l’administration française, ni les Américains. James Rohmer écrira à ce sujet: “La personne qui, plus que quiconque, nous a permis de suivre le trace des pillards nazis et de prendre conscience de l’ensemble de la situation fut Mademoiselle Rose Valland, une experte rude, obstinée et réfléchie [...]. Son dévouement sans borne à l'art français n’avait laissé chez elle aucune place pour la peur". Quand la Commission de Récupération artistique est créée, le 24 novembre 1944, pour récupérer en Allemagne les oeuvres d’art enlevées et les restituer à leurs légitimes propriétaires, Rose Valland se voit attribuer le poste de Secrétaire.
Entre la Libération de Paris, le 26 août 1944, et son départ pour l’Allemagne, le 11 mai 1945 passent huit mois qu’elle utilise au classement des documents subsistants de l’ERR, à l’inventaire et à la restitution des oeuvres du train d’Aulnay, etc. et à des contacts divers. Nommée capitaine de l’armée française et envoyée dans la Zone d’occupation française (Bade Wurtemberg), elle rejoint la Zone d’occupation américaine (Bavière) où se trouvent la plupart des dépôts de I’ERR. Dès cette époque, en liaison avec les officiers “Beaux Arts” de la 3e et la 7e armées américaines, elle s’occupe des premiers convois (convois de Füssen) de rapatriement des oeuvres d’art spoliées.
Elle participe également à certaines réunions qui permettent aux quatre vainqueurs de l’Allemagne d’établir juridiquement les processus de Restitution d’oeuvres d’art (Conseil de contrôle à Berlin). Elle assistera, le 6 février 1946, à la 52e séance du procès de Nuremberg sur les pillages et spoliations nazis.
Rose Valland montra toujours une très grande clairvoyance et ne voulut à aucun moment profiter de la situation, elle tint à rester dans une parfaite transparence et légalité, ainsi on peut dire sans conteste que la Récupération artistique française fut propre, respectant scrupuleusement les règles définies. Elle passera en Allemagne sept années exténuantes, missions, enquêtes, rapports, négociations, etc. mais fructueuses, permettant le retour en France de plus de 60.000 oeuvres d’art Son indépendance d’action, condition nécessaire au succès de l’entreprise,irrita sa hiérarchie et
notamment Raymond Schmitlein et son statut administratif fut toujours l‘objet de remises en question, d’atermoiements Cependant Rose Valland garda le Cap, sans moyens réels de pression, elle obtint des restitutions importantes dans bien des cas sa présence est déterminante; profondément respectée de ses interlocuteurs elle se bat sans défaillance pour que la justice soit faite. Elle met son administration en garde contre la fin prématurée des restitutions, qui signifierait pour la France, principal pays spolié et pillé, l’abandon des “reliquats” des collections nazies. Elle est tres attachée au concept de “Réparation”, défini par le Conseil de contrôle de Berlin en 1945, qui consiste à attribuer aux pays victimes de l’Allemagne nazie en compensation des oeuvres innombrables détruites ou perdues, les oeuvres achetées sur leurs territoires respectifs, sous forme de transactions légales, pendant l’occupation par les hiérarques nazis et les institutionnels allemands. Elle dénonce sévèrement l’attitude sournoise de l’Autriche, qui sera mise en lumière et condamnée effectivement quarante ans plus tard (1994).
Pourtant, dès le début, Rose Valland avait vu juste. Albert Henraux, Président de la Commission de Récuperation artistique fut pour elle un soutien; il écrit le 21 avril 1949 “Je crois pour me part que Melle Valland agit d’une façon habile entre les deux parties, c’est à dire les Américains et les Allemands, et il me semble qu'on ne puisse guère procéder autrement”. Le capitaine français Elie Doubinsky qui fut chargé d’un rapport général sur les restitutions, lui écrira le 5 avril 1951 “La grande chance des restitutions artistiques françaises [...] est que vous ayez pris l’affaire en main dés le début Gràce à la documentation unique que vous avez constituée au Jeu de Paume, au péril de votre vie, durant les quatre années de l’occupation, vous avez été en situation de révéler à nos Alliés, au fur et à mesure de leur avancée, les localisations des principaux dépôts. Ils ont été ainsi en mesure de prendre immédiatement les mesures de sauvegarde indispensables”.
Pour Rose Valland la dimension symbolique de la Réparation allemande était aussi importante que les restitutions elles-mêmes, il s’agissait pour elle sans conteste d’un acte juste de Réconciliation franco-allemande qu’il fallait conduire jusqu’au bout. Elle écrit en 1951 au docteur von Bock “Vous me connaissez assez pour savoir que je ne soutiendrai aucune réclamation qui ne me paraîtrait pas conforme au bon droit. J’aime trop mon pays pour l’entraîner dans une aventure qui ne paraîtrait pas conforme au bon droit. Je me suis efforcée de convaincre les uns et les autres de travailler solidairement ; c’était avantageux pour la poursuite de nos restitutions, mais c’était aussi pour vous installer sur un plan européen et vous faire participer au bénéfice d’une activité responsable où les Allemands s’efforceront de réparer les “torts hitlériens””.
Après son retour en France elle continua à s’occuper de ces questions jusqu’à son départ en retraite en 1967.
Rose Valland est décédée le 18juillet1980 à Paris.

Décorations
Officier de la Légion d’honneur, Médaille de la Résistance, Medall of Freedom américaine et Mérite de la République Fédérale d’Allemagne.

 

Retour

--- courrier